AUTOGIRE - GYROCOPTERE

Egalement définit comme un ULM de classe 4, il est l'ancêtre de l'hélicoptère et revient aujourd'hui sur le devant de la scène !

UN MOMENT UNIQUE

La petite histoire de l’autogire

L’autogire a été inventé en 1923 en Espagne. Son inventeur, Juan de la Cierva, cherchait une solution pour stabiliser les appareils volants qu’ils construisait.

C’est l’invention de cet aéronef à voilure tournante libre qui a donné naissance à l’autogire : sa voilure assure la sustentation de l’appareil et sa propulsion est assurée par l’hélice. Son invention a eu un grand succès notamment auprès de l’armée française et anglaise jusqu’à la seconde guerre mondiale.
Dès les années 30, l’autogire était parfaitement au point mais son usage à des fins militaires a vite cessé en raison de son manque de stabilité, et du développement d’autres appareils militaires plus adaptés.

Aujourd’hui, l’autogire est principalement utilisé à des fins de loisir. Mais certaines entreprises en font un usage professionnel, comme la SNCF qui exploite cet aéronef pour surveiller son réseau ferroviaire. Pour les amateurs de cinéma, on retrouve aussi des autogires dans des films renommés comme James Bond ou Mad Max. Cet appareil a même séduit la marque Renault qui l’a utilisé dans une publicité de voiture !

Voler en autogire

Choisir de voler en autogire comporte de nombreux avantages. Ses caractéristiques techniques procurent une sensation de vol très douce. L’autogire est très peu sensible aux turbulences grâce à son rotor souple qui les amortit et vient « couper » la masse d’air. C’est donc une
activité très rassurante. D’autre part, l’aéronef offre une visibilité exceptionnelle.
Actuellement, des innovations ont permis la naissance d’appareils très sophistiqués dont la plupart sont classés dans la famille des ULM. L’ancêtre de l’hélicoptère connait actuellement un regain d’intérêt, et devient même « à la mode » dans le monde de l’aviation légère.
De très nombreux pilotes d’hélicoptère, parapente, paramoteur, ULM ou avion font le choix de se tourner vers l’autogire et ne le regrettent pas !
L’autogire est un appareil « très fun » à piloter : la vitesse très lente possible, l’autorotation à 0 km/h sans danger, la maniabilité, ses caractéristiques de vol qui le rendent spécifiquement sécuritaire, assurent un pilotage très agréable et original.
C’est une machine très originale, et de plus elle a le don de faire sourire !

MECANIQUE DE VOL

Le vol est la résultante de l’équation poids/portance et traction/trainée. Tout consiste donc à faire en sorte que la traction et la portance amènent l’appareil vers le haut et vers l’avant pour décoller et évoluer dans les airs.
Sur l’autogire, c’est le rotor principal voilure tournante (pales situées au-dessus de l’appareil) qui permet la portance, et l’hélice à l’arrière qui assure la propulsion. Le rotor n’est pas relié au moteur pendant le vol mais tourne naturellement dans le vent relatif créé par la vitesse de propulsion de l’hélice. Pour monter, on bascule la tête du rotor vers l’arrière, augmentant ainsi son incidence.
L’autogire est un appareil très fiable : même sans propulsion, le rotor continue à tourner et maintient l’appareil en vol. C’est l’auto rotation qui permet à l’autogire de voler et de se poser même en cas de panne moteur, et ce sur un terrain très court. Les autogires ne peuvent ni décrocher, ni partir en vrille.

LES APPAREILS DISPONIBLES A TALLARD

- DTA JRO
- Autogyro MTO
- Autogyro Calidus

LE SAVIEZ-VOUS ?

Il existe de nombreux modèles d’autogires, dont certains très surprenants :
- L’autogire de 48 personnes ;
- L’autogire Hydrocoptère ;
- On peut dire autogire, autogyre ou encore gyrocoptère !


Produit ajouté à la comparaison de produit.